Revenir en haut Aller en bas


INTERDIT AUX MINEURS
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Welcome à Moscou
la capitale corrompue...
Un univers sans limite, où la liberté totale d'écriture est infinie. Un paradis, un havre de paix, créé rien que pour ceux qui cherchent à se plonger dans les interdits, caché des yeux indiscrets.
★ Te voilà averti ! ★
Rejoins les indécents de cette ville dépravée...
Enlevez des gens en votant par . Vous pouvez également poster sur nos sujets de publicité ici et ! ♥



IRINA FICHE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Nom de la catégo :: Nouvelle version 3. :: fiche perso

Invité






Sam 20 Fév - 12:47

Sujet: IRINA FICHE






Irina Mickaelson


Qui suis je?


Que caches tu?
Anecdotes

Est née à Londres avec un père diplomate américain et une mère avocate Russe ✘ A bénéficier d'une éducation des plus préstigieuse qu'on puisse donner à un enfant ✘ A été major de sa promotion ✘ A toujours voulu être journaliste ✘ a beaucoup voyager et parle 4 langues: russe, anglais, arabe, italien ✘ a toujours été une meneuse, alors tout naturellement était plus dominante que soumise au lit ✘ Katarine, sa cousine, n'était pas très proche d'elle, mais quand elle est morte, le mystère qui entoura ce drame la titillait trop pour rester sans creuser un peu ✘ a couché avec Alexiel 3h avant son mariage avec sa cousine, sans savoir que c'était le futur époux ✘ a passé 2 ans dans pensionnat pour fille après avoir perdu sa virginité sur la banquette arrière de la limousine de son père avec son chauffeur italien de 30 ans, elle en avait 14.... ✘

J'aime et j'aime pas

J'aime ✘ la haute couture ✘ l'or rose ✘ les saphirs ✘ le sexe ✘ le sexe dans des endroits insolites ✘ baiser avec Alexiel ✘mon métier de journaliste ✘ les doubles pénétrations ✘ avoir un public ✘ je déteste ✘ les merdeuses ✘ Rose ✘ les femmes qui s'approchent d'Alexiel ✘ réaliser que Alexiel est le seul et unique homme qui réussit à me faire avoir un orgasme en à peine quelques minutes ✘ avoir un homme qui ne fait rien dans un lit et qui attend que je fasse tout ✘ devoir simuler ✘ ne pas trouver ce que je recherche ✘ les fringues bons marché ✘
P'tites infos
Nom : écrire ici. Prénom(s) : écrire ici.Surnom(s) : écrire ici.Date et lieu de naissance : écrire ici.Age :écrire ici.Origines : écrire ici.Etat civil :( célibataire, en couple, marié, divorcé...) écrire ici.Orientation sexuelle : écrire ici.Préférence sexuelle : écrire ici.Statut au sein de l'harem : écrire ici.Métier/occupation : (ancien métier avant d'arriver dans l'harem, et vos nouvelles activités) écrire ici.Qualités : (mettez au moins 5 qualités) écrire ici.Défauts : (mettez au moins 5 défauts) écrire ici.Groupe : écrire ici.Célébrité : écrire ici.

Un corps sain avec un esprit sain

Caractère
Irina a toujours été une personne qui savait ce qu'elle voulait. Réfléchie dans chacune de ses décisions, elle est du genre manipulatrice et utilise la ruse pour obtenir ce qu'elle veut quel qu’en soit le prix. Malicieuse et charmeuse, elle sait mettre ses atouts en avant pour arriver à ses fins, mais ce qui la décrit le plus, c'est sans doute sa curiosité, son intrépidité et son coté aventureux qui font d'elle une journaliste acharnée et tenace.
Coté amour, elle est pas une grande experte, elle se sait possessive et extrêmement jalouse, quand elle a une proie en vue, elle peut tout faire pour détruire ses adversaires et arriver au but qu'elle s'est fixée. Elle n'a jamais été amoureuse et pour couronner le tout, la seule fois qu'elle a eu des frissons derrière la nuque, c'était un homme sur le point de se marier. Non elle ne croit pas en l'amour, mais elle le sexe et avec chaque homme qui saura ou plutôt tentera de la dominer, elle aime se rebeller et provoquer la confrontation, la tendresse elle en a rien a foutre, elle ce qu'elle veut, c'est tout casser à mesure que son orgasme arrive. Elle est une passionnée, un sauvage et il lui arrive de ne pas mâcher ses mots, mais sachez que quand elle se donne la peine de converser avec vous, sois elle porte un intérêt envers vous, soit elle veut vous baisez...  


Physique
Elle a une peau vierge de toute cicatrice, cependant pour ses 20 ans, elle a fait tatouer une rose sur bas de ses reins, qu'elle dévoile fièrement avec des tenues toujours plus affriolantes les unes que les autres.


Qui se cache derrière l'écran?

Pseudo IRL
Age : écrire ici. Des liens avec d'autres personnes? : écrire ici. Comment avez vous découvert le forum? : écrire ici. Vos impressions sur hoc : écrire ici.Votre rythme sur le forum : écrire ici. Confirmation de votre majorité : écrire ici. Réserver votre avatar? :(Le temps de faire votre fiche, vous pouvez réserver durant 10 jours)  écrire ici.Code du règlement :(5 bouts d'une phrase se sont glissés dans le règlement, mettez les)  écrire ici. Statut au sein de l'harem : écrire ici.

Recenser l'avatar :
Code:
[url=lien vers votre profil][b][color=#C71414][size=10]✘[/size][/color] [/b][/url] [b]Miranda Kerr[/b] [color=#9E6734][b]→[/b][/color] Irina Mickaelson


Revenir en haut Aller en bas

Invité






Sam 20 Fév - 12:48

Sujet: Re: IRINA FICHE






Histoire d'une vie


Entretien avec les maîtres


✘ Comment considérez-vous les maîtres suprêmes de l'harem, ainsi que la famille royale ? Avez-vous une relation spéciale avec eux ?  Je ne les connais pas pour le moment, peut être du respect... non c'est pas mon genre... mais curieuse de savoir comment trois hommes comme ça ont eu l'idée de monter un pareil empire aux yeux de tous mais qui reste pourtant un vrai mystère pour les gens qui se trouvent de l'autre côté de ces murs. .
✘ Pourquoi avoir choisi l'Harem? Que pensez vous de l'harem et de son environnement?Je l'ai pas choisi, c'est ma curiosité qui l'a fait pour moi. Je suis journaliste et j'ai entendu parler de ce lieu de débauche extrême, où les limites n'existent pas, c'est plus fort que moi, il fallait que je m'y rende et voit tout ça par moi même, voir si il a un lien avec la mort de ma cousine puisque Alexiel semble y aller très souvent.✘ Que pensez-vous de la condition des esclaves? Que pensez vous des esclaves?J'en pense rien, dans la vie y'a les baiseurs et les baisés, c'est con pour eux, ils sont dans la tranche la moins marrante.
✘ Que pensez-vous des tortionnaires, les maîtres?Si je suis au Harem, c'est non seulement pour m'y amuser, car bon je vais être franche, si y'a bien un truc que j'aime plus que mon boulot c'est le sexe et avec Alexiel est le must pour moi, mais je suis encore bien trop idiote pour me l'avouer alors je viens là, où je suis sûre que je vais pouvoir le faire enrager et le provoquer suffisamment  pour qu'il fasse de moi tout ce qu'il a envie de faire.
✘ Vos relations avec les tortionnaires et les martyres, entre vous ? Je suis là pour m'amuser mais aussi pour tout savoir et c'est ce que je vais faire, en apprendre le plus possible, que ce soit auprès des plus haut de ce lieu au plus bas. Pour le publier? je sais pas encore, mais en tout cas, je compte bien savoir si ce lieu a un rapport avec la mort de ma cousine.✘ Que pensez vous de la dominance et de la soumission? c'est le pied. Chacun de nous y trouve son compte, on préfère toujours l'un plus que l'autre, selon le moment, la personne, j'aime dominer mais me soumettre au final est le moment le plus jouissif durant

Histoire

Raconte ta vie
C'est un matin d'été dans une demeure aristocratique, que mon premier cri retentit. Après 16 heures de travail, privée de la péridurale du fait de mon arrivée soudaine, ma mère me donna naissance, 3 kilos 5 et un regard déjà plus qu'expressif, pour ce qui de la voix... le cri envahit toute la longueur du couloir qui menait à l'aile nord, hébergeant le personnel de maison. Il parait que je fus une enfant calme et souriante, mais que très tôt je sûs comment charmer mon entourage. Toujours à l'affut de quelque chose, le jour où je compris comment me servir de mes genoux pour me déplacer, ma nourrice perdit 5 kilos en 3 mois. Je me promenais partout, trompant sa vigilance et faisant tourner en bourrique les employés de mes parents. Et ce n'était qu'un début.

A 10 ans, déjà je savais mener mon monde à la baguette, recevant une éducation exemplaire, je compris très tôt que même si j'avais l'art et la manière de faire ce que je voulais des gens autour de moi, l'intelligence aussi était primordiale pour réussir dans ce monde. Alors, je me comportais comme la parfaite petite poupée que mon père ambassadeur des USA voulait, voguant entre les âge avec la grâce et la beauté de ma mère, sans jamais oublier que le monde te domine uniquement si tu le laisses faire. Alors j'appris à prendre tout ce qu'on m'offrait pour l'utiliser à mon avantage. Les études? Je les réussissais haut la main. Mais voilà, la jolie petite fille modèle ne l'était pas tant que ça.

A 13 ans déjà, je découvrais le plaisir physique, conditionnée par des camarades bien plus grand que moi, faisant le mur quand mes parents dormaient et me rendant à des soirées en cachette. Et c'est quand j'atteignais mes 14 ans tout rond, depuis quelques heures, que je pris ce que je désirais depuis bientôt 4 mois. Il était italien. Il avait cet accent qui faisait craquer toutes mes copines. Son regard trahissait son intérêt envers moi et je ne me privais pas de lui faire du rentre dedans. Et me voilà donc, imperméable et talon du haut de mon mètre 67, dans le garage de notre domaine, slalomant entre la Bentley et la Jaguar, laissant mes doigts effleurer leur carrosserie alors qu'il me fixe, ouvrant la bouche pour tenter de dire quelque chose que sa queue, elle, ne pensait pas. Je laissais mon seul et uniquement vêtement tomber sur le sol, lui offrant une vue complète de ma totale anatomie. Et comme tous les hommes, il ne lui fallut pas plus de 5 minutes pour céder à ses pulsions animal et je laissais alors le premier homme se glisser entre mes cuisses, me faisait gémir puis crier de plaisir. Mais ce fut pourtant de courte durée, car mon père arriva alors qu'il se rhabillait. Un sourire en coin, je devais me rendre à l'évidence, que je n'avais plus qu'une seule envie. Recommencer. C'était sans compter la décision de mon père, car deux jours plus tard, je me retrouvais en Suisse dans un pensionnat de jeunes filles. Les hommes étant interdit.

Je passais alors deux ans là-bas. Mais voilà, ne pensez pas que dans ce genre d'établissement les filles sont des anges. Oh non détrompez vous. Elle s'appelait Marie. L'expression de Marie couche toi là était faite pour elle. Lesbienne depuis qu'elle avait réalisé ce qu'était le sexe, je lui tapais dans l'oeil le jour de mon arrivée. Mon caractère bien trempée et mon franc parlé la firent se rapprocher de moi et une nuit, elle se glissa entre mes draps et c'est à partir de ce jour -à que je découvris l'amour entre fille. Un plaisir bien différent, moins explosif, mais tout aussi plaisant. La baise juste entre filles durant deux ans? Oh non, je me serais suicidée avant. Les week end arrivaient et le vendredi soir, Marie donc, avait la clé du portillon du jardin arrière et aidée par des amis à elle qui passaient nous chercher, on partait en virée. Les premières fois, je découvrais l'alcool, le plaisir de l'interdit, les soirées en boite et surtout je connus d'autres hommes me permettant de m'évader de cette vie ultra féminine que je vivais au pensionnat.

Puis un jour, je me souviens que c'était durant la période d'Halloween, ma deuxième année dans ce trou. Marie débarqua dans ma chambre, un sac les yeux étincelant, me volant un baiser et l'instant suivant nous étions dans un limousine à se dessaper à l'arrière et à enfiler des tenues à couper le souffle avec de la lingerie ultra luxueuse. J'aimais le luxe et elle le savait. On se retrouva dans une maison d'apparence banale, mais à peine entrée, je compris. Mon coeur s'emballa, je serais sa main, un frisson me parcouru le dos alors qu'un homme glissa sa main sur la naissance de mes reins mis en valeur par un dos nu d'une robe moulante en bas et évasée et décolletée sur le-devant. L'instant suivant il m'embrassait et la minute suivante il m'avait emporté dans une chambre, j'avais 15 ans et je trouvais excitant. Quoi de plus me diriez-vous. Et bien c'est que dans cette chambre nous n'étions pas seuls, d'autres couples s'adonnaient à des plaisirs semblables au nôtre. Gémissement me parvinrent aux oreilles, alors que je poussais les premiers miens et qu'il entra en moi. Un instant je me refusais de faire ça devant cet homme qui se trouvait installé sur le fauteuil près de nous, la queue entre les mains. Mais voilà, je me découvris alors le plaisir de l'exhibition et pas que... Cet homme, croisant mon regard, je lâchais alors un instant les lèvres de mon partenaire et ce fut sa bouche à lui que je dévorais alors. Et je vécus alors mon premier plan à trois. Laissant mon corps se révéler alors totalement sous le regard d'autres couples. Je passais ma première nuit qui fit de moi une vraie femme, celle qui m'apprit que je n'en avais jamais assez et pourtant... J'avais toujours cette impression que mes orgasmes n'étaient jamais atteint, comme si je ... n'arrivais jamais au bout...

Il s'appelait pas. Il n'avait pas de nom. Je venais pour le mariage de ma cousine à Dubai. Et alors que je venais de passer une heure à attendre dans le hall de l'hôtel, je finissais mon verre et réalisa que, j'avais oublié de mettre mes boucles d'oreilles. Je pris alors l'ascenseur et c'est là que tout se passa. A peine entrée, mon regard tomba dans le sien, son sourir en coin fut ravageur dans mon petit coeur de jeune fille et autant dire qu'après 5 jours sans m'envoyer en l'air à jouer la petite fille modèle devant mes parents, je n'avais qu'une envie me lâcher. Ce fut contre ce miroir de ce petit espace, avec cette foutue musique d'attente que je le découvris. Celui qui réussit à me faire atteindre le 7 ème ciel, celui qui n'avait pas de nom et qui avec la seule puissance de ses bras, me plaqua, arrachant mon string de ses doigts et l'instant suivant il était en moi, m'arrachant gémissement sur gémissements, pour finir par me combler totalement. Etrangement, lorsque les portes s'ouvrirent on se quitta, sans un mot, juste un dernier regard, persuadés que jamais nous nous croiserions de nouveau.

Franchissement la lourde porte en bois de l'église, renouant le ruban de mon chemisier, je longeais les bancs sur le côté, un sourire des plus rayonnant aux lèvres, comblée mais aussi déçue de n'avoir pus poursuivre et m'essaya alors au premier rang pour voir ma cousine dire oui. Mais voilà, ce n'est pas elle que je ne quittais pas des yeux. Debout devant moi, le regard aussi scandalisé que le mien, il était là, celui qui, quelques heures plus tôt m'avait arraché mon premier véritable orgasme. Je me repris tout comme lui, restant aussi stoïque l'un que l'autre. Mais voilà quelques heures plus tard, il m'invita à danser durant la soirée de mariage et c'est en commun accord que nous décidâmes de ne jamais évoquer de nouveau ce qui s'était passé entre nous. Je serai les dents, mais que faire, mon père ne croirait jamais la petite trainée qui s'est tapé son chauffeur. Je ravale alors ma fierté et le laisse se coller à moi, laissant ce foutu frisson me parcourir la nuque, me causer une excitation indécente entre mes cuisses qui n'ont plus de sous-vêtement, petit vêtement qu'il avait gardé sous mon sourire des plus coquins alors que les portes se refermaient brisant notre visuel.

J'ai 21 ans, je viens de trouver un job d'assistante dans un journal de Londres. J'ai mis du temps pour avoir ce poste, d'abord simple secrétaire, ma curiosité a fait le reste, un ou deux découvertes croustillantes, un peu de culots et des faveurs cédées après des parties de jambes en l'air, je suis prête à tout pour avoir ce que je veux, me voilà donc à 25 ans une des premières chroniqueuse pour les faits divers des people. Et c'est mon patron qui va me mettre un dossier sur mon bureau. vous n'aviez pas une cousine qui vivait à Dubai vous? Regardez cet homme qui vient d'être cité comme célibataire le plus riche de chez eux... je hoche la tête, mon coeur s'arrête un instant, je me rappelle encore de ma mère qui, le combiné sur l'oreille, tourne son regard vers moi, remplit de larmes et m'annonce la mort de son frère et de ma cousine. Ce jours-là je maudis alors la première pensée qui envahit mon esprit, mais à cet instant toute la scène de l'ascenseur me revint et ce soir-là, je me rendis dans un de ces bordels de luxe, laissant ces hommes disposer de moi à leur guise, tentant de l'oublier, mais bordel. Jamais je ne réussissais à l'oublier. Dans chacun des hommes que je rencontrais durant les années qui suivirent. Son visage sur ce morceau de papier grisé par le papier journal, je m'en rappelle encore. Pas besoin de le découper et de le dissimuler entre les pages d'un livre, il me hante et le lendemain j'attrape l'avion pour Dubai, bien décidée à savoir ce qu'il s'est passée avec ma cousine... mais était ce vraiment la seule et unique raison?

A peine arrivée sur la terre étrangère, je me sens comme fiévreuse. Les portes de l'hôtel passé, je vois les changements, les clients riches qui y circulent avec aux bras des femmes plus belles les unes que les autres. Je ne rate rien. Je scrute, ma curiosité s'éveille, si tout ce qui m'entourait ne laissait pas croire à un hôtel, je pourrais me croire dans cette maison où j'avais poussé mon premier soupir avec ces deux hommes. Les regards tournés vers moi et puis le groom m'attrape ma valise et me conduit à ma chambre. Il me sourit, la dame de l'accueil me sourit, la chambre est dans les tons blancs et crème, mes couleurs préférées. Sur le lit est déposé une rose rouge, ma fleur préférée ... Sur la table basse du salon une bouteille de champagne trône dans un seau à glace et deux coupes sont trempées dedans. Quinze minutes plus tard on frappe à la porte....

L'interview se passa et bien d'autres choses encore, mais ceci sera le contenu d'un rp, mais ce qu'il faut savoir c'est que c'est durant ce laps de temps que l'existence du harem me sera révélé et que ce n'est qu'un homme lambda, un garde de ces lieux, qui me fera rentrer dans ce lieu emplit de luxure, éveillant en moi ces désirs qui m'ont toujours plus de ressentir, mais ce n'est pas vraiment la curiosité qui m'amène ici, c'est lui, je veux le revoir, je le sais présent, je regarde, je découvre, je goûte... Il n'est pourtant pas celui que je crois.. il est pire, mais parfois le pire n'est pas ce qui nous fait le plus peur...




Revenir en haut Aller en bas

IRINA FICHE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAREM OF CORRUPTION  :: Nom de la catégo :: Nouvelle version 3. :: fiche perso-